Des Aubois prêts pour l’exploit

Le FC Agglomération Troyenne défiera Valenciennes ce samedi 11 novembre (14h, complexe Jules Bianchi), pour le compte du 7e tour de la Coupe de France. Le club compte sur son expérimenté capitaine, Salim Mezriche (photo) pour réaliser l’exploit.

Le FCAT c’est le club qui monte dans l’Aube. Fruit récent de la fusion de plusieurs clubs de l’agglomération troyenne, il flirte avec la montée en National3 depuis deux saisons. En juin dernier tout s’est joué sur un but encaissé face à Epernay et des points perdus en route sur tapis vert. « Ce dénouement m’est resté au travers de la gorge, mais c’est du passé désormais. Par contre, il faudra que l’on soit au rendez-vous en fin de saison », explique Salim Mezriche, le capitaine expérimenté du FCAT. A 34 ans, l’ancien milieu de terrain des SR Colmar en National est revenu au bercail il y a trois ans après une expérience vite avortée en Algérie.

Salim Mezriche voit dans ce match de Coupe de France face à Valenciennes une belle opportunité. « Nous sommes encore un club jeune, nous avons aujourd’hui des relations étroites avec l’ESTAC. Ce match contre Valenciennes, je le vois d’abord comme une occasion de faire parler de nous en bien, de faire venir des gens au stade, de gagner la sympathie du public », souligne Mezriche. « L’objectif est simple dans ce type de match, tout donner, espérer le soutien du public et pourquoi pas… »

Salim Mezriche connaît bien les ambiances particulières de ces matchs de Coupe de France. Presque une affaire de famille d’ailleurs. Son aîné, Rafik, l’a gagnée avec le Racing Club de Strasbourg en 2001 (même s’il n’a pas joué la finale). Quant à Salim, il a connu son parfum particulier avec Colmar. C’était lors de la saison 2009-2010. Colmar, alors en CFA, élimine le FC Metz puis le LOSC de Rudi Garcia, encore aux tirs au but, et en 32e de finale cette fois. C’est finalement face à Boulogne (L2) que Colmar cède. « Ce sont des souvenirs formidables qui resteront gravés à jamais dans ma mémoire », souligne Salim Mezriche qui compte bien partagé son expérience avec ses coéquipiers, au même titre que son entraîneur, Juan-Luis Monteiro, l’ancien pro de Troyes et Sedan notamment. Cela fait huit ans déjà qu’un club amateur aubois n’a pas atteint le 8e tour de la Coupe de France. C’est tout un département qui attend l’exploit désormais.

Par Stéphane Heili

Articles les plus lus dans cette catégorie